Pompe à chaleur

Mise en service d’une pompe chaleur

Mise en service pac

PAC et énergie renouvelable : connaître avant de vous engager

La première utilisation d’un équipement consommateur d’énergie comme une pompe chaleur (pac) eau-eau, air-eau et air-air, marque une véritable fracture avec les appareils énergivores en énergies fossiles. Ce sont des systèmes de chauffage plébiscités par les propriétaires de maisons neuves ou en rénovation. Comment bénéficier d’un fonctionnement pompe chaleur (pac) optimal à partir de sa première mise en service ? Quels conseils pour des économies d’énergie ?

Mise en service pac

 

Pourquoi faire l’acquisition d’une pompe chaleur PAC ?

Le coût de remplacement de votre ancien système de chauffage peut dépasser de très loin votre budget. L’achat d’un système chauffage fonctionnant avec des énergies renouvelables n’est pas anodin pour chaque maison individuelle. C’est d’abord un geste écocitoyen ou un éco geste en faveur :

  • Du développement durable et de la lutte contre le dérèglement climatique planétaire
  • De la baisse des émissions de gaz à effet de serre (fioul, gaz naturel et poêle à bois traditionnel ou insert), zéro rejet de fumées dans l’atmosphère.

Cet acte écologique et responsable présente l’autre grand avantage de réduire sa facture d’énergie sur le long terme : vous ne payez plus que le 1⁄4 voire le ⅓ de votre facture énergétique actuelle ! Pour 1 kWh d’électricité consommée vous obtenez 3 à 4 kWh de chaleur pompe restituée. 

En clair, votre facture de chauffage est nettement allégée, en moyenne des économies energie de 1 000 € annuellement.

Quels sont les différents types de fonctionnement pompe de chauffage pour logement ?

Le type de pompe le plus courant est celui s’appuyant sur le principe air-eau ou air-air. La PAC aérothermique prélève les calories de l’air extérieur et distribue la chaleur aérothermique dans le logement de façon homogène. Le système chauffage diffuse cette chaleur :

  • par des planchers chauffants ou des radiateurs basse température, principe de fonctionnement air-eau (ou sol-eau)
  • par des ventilo-convecteurs à détente directe, fonctionnement air-air (ou sol-air)

Pour sa mise en œuvre, veiller à contrôler la bonne circulation de l’air d’une pièce à l’autre et procéder si nécessaire au détalonnage des portes (espace de 2 cm au bas des portes). Ce type de pompe sans besoin de chauffage d’appoint n’est pas adapté aux régions les plus froides.

Ce système de pac aérothermique ou pompe à chaleur hydrothermique rend possible la diffusion de l’air froid dans le logement et ne nécessite pas d’autorisation spéciale.

La pac géothermique est un système chauffage basé sur le principe de fonctionnement sol-eau, sol-air. La pompe se sert des calories dans le sol et les transforme en énergie. La PAC eau-eau ou pompe hydraulique sur eau de nappe phréatique puise les calories des sources d’eau. Ces deux types de PAC ont recours à un circuit de captage enterré. Cela nécessite donc un terrain de taille importante pour la construction du réseau de canalisations.

La pompe chaleur géothermique affiche de très bonnes performances en toute saison, elle permet de chauffer l’air et simultanément l’eau chaude sanitaire. Les démarches d’installation sont à effectuer à la DDAF Direction départementale de l’agriculture et de la forêt. L’installation des capteurs est obligatoirement réalisée par un foreur professionnel déclaré à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement DREAL. 

De nos jours, le prix pompe pour le type de PAC aérothermique avoisine les 6 000 euros et peut s’élever à 10 000 euros ; le prix pompe chaleur géothermique est estimé entre 8 000 euros jusqu’au double. Une PAC géothermique haut de gamme et intelligente peut valoir 25 000 euros. Enfin, le prix d’une pompe chaleur hydraulique est estimé entre 8 000 et 14 000 euros.

PAC et PAC réversible

Le système thermodynamique de chauffage pac d’une maison utilise une énergie renouvelable présente dans un milieu naturel. La chaleur puisée dans la terre ou le sol, l’air (ambiant extérieur) ou l’eau (nappes phréatiques) est transformée en calories transportées par un fluide frigorigène entre deux modules reliés entre eux.

La première unité ou module extérieur est chargée de récupérer les calories hors du logement, pour alimenter le système chauffage : radiateurs, plancher chauffant, chauffage eau sanitaire. La seconde unité ou module intérieur se charge de la distribution de la chaleur pompe transmise à l’intérieur de la maison.

En mode rafraîchissement, l’appareil modifie son système de fonctionnement, la configuration suivant le parcours inversé des calories. Cela veut dire que les calories puisées dans l’air ambiant sont alors rejetées hors du logement.

Le rafraîchissement d’une PAC est dit passif, le système évacue tout simplement l’air intérieur ; le mode rafraîchissement implique un circuit frigorigène qui refroidit l’air avant de le transmettre dans la maison. On parle de Pac à chaleur avec mode réversible. Les PAC ne sont pas toutes réversibles. Une Pac peut aussi bien servir au chauffage d’une maison, des appartements, des immeubles ou des piscines.

Comment mesurer l’efficacité de mon installation Pac ?

Dès la première utilisation, vous devez savoir optimiser vos dépenses et calculer l’indice d’efficacité de votre nouvelle installation. Parmi les deux principaux indices de performance, vous devez connaître le coefficient saisonnier d’efficacité frigorifique de votre appareil ou SEER. Ce premier indicateur permet de calculer le ratio : 

Chaleur absorbée par la PAC consommation électrique

Il faut additionner toute l’énergie frigorifique en kWh produite sur toute une saison et la diviser par l’énergie totale consommée sur cette même période. La performance de votre appareil PAC se vérifie tout simplement par le score obtenu, le plus proche de 1 (en comparaison à un système de chauffage traditionnel au fioul ou au gaz). 

Le coefficient performance saisonnier ou SCOP permet d’analyser le ratio 

Chaleur produite par la PAC consommation électrique

Cette performance dépend de plusieurs paramètres :

  • Isolation du logement
  • Emplacement de la PAC et configuration de la pièce (éviter toute nuisance sonore)
  • Environnement de la PAC, zone géographique
  • Volume du logement, nombre de pièces à chauffer et nombre d’occupants
  • (Besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire) 
  • Besoins et bilan thermiques de la maison (dimensionnement de votre PAC), déperditions et impératifs énergétiques.

L’installation d’une PAC géothermique ou hydraulique pour un logement en rénovation énergétique nécessite l’avis d’un professionnel dans le cadre du raccordement au réseau de chauffage existant (gaz ou fioul). La compatibilité de puissance entre les radiateurs et l’appareil est également un point important à vérifier.

Si le chauffage précédent était au bois ou électrique, il est préférable d’opter pour une PAC aérothermique.  

pompe aérothermique

Inspection périodique de votre PAC 

Une première visite d’inspection obligatoire est prévue par l’arrêté du 16 avril 2010 et le décret n° 2010-349 du 31 mars 2010. Ce contrôle se passe une année après la première mise en service de la pompe à chaleur selon le Code de l’Environnement (Article R 224-59-4).

Après ce premier contrôle de la première mise en service, le suivi doit être effectué tous les cinq ans. Un spécialiste est habilité à effectuer le contrôle sur les points suivants

  • Étanchéité périodique du circuit frigorifique
  • Absence de dysfonctionnement
  • Performances énergétiques, état du compresseur et des filtres
  • Connexions électriques
  • Dégivrage
  •  Débits
  • Température de service.

Son entretien obligatoire annuel en cours d’utilisation de la PAC après sa mise en service (plus de 2 kg de fluide frigorigène).

Le PRP ou Potentiel de Réchauffement Planétaire d’un gaz (à effet de serre) est une contrainte à ne pas négliger pour l’utilisation de son équipement. C’est la puissance radiative du CO² renvoyée vers le sol. C’est-à-dire l’impact du fluide frigorigène entre les deux unités sur le changement climatique ayant un fort PRP (R410A, R407C).

D’autres contraintes réglementaires s’imposent, liées notamment à la puissance de l’équipement de production de chaleur dans une maison. Au-delà de 12 kW, la mise en service d’une pompe à chaleur exige l’intervention d’un professionnel certifié. Au 1er avril 2017, l’inspection des systèmes PAC réversibles thermodynamiques s’étend aux process industriels. Autrement dit, outre l’exigence du contrôle de système simple dépassant 12 kW pour assurer le confort des occupants, la nouvelle réglementation concerne les systèmes complexes pour satisfaire aux exigences frigorifiques.

Comment utiliser sa pompe ?

La première chose à faire est de vérifier la bonne disposition des différents modules du système et la bonne marche de la filtration. Veillez à ce qu’il y ait suffisamment de liquide dans le réseau avec un ballon tampon pour les deux modèles PAC géothermique et hydrothermique.

Vient ensuite l’étape de la régulation de la production de chaleur dépendante de la température extérieure. A l’aide du sélecteur, choisissez la température intérieure – l’écran de navigation des équipements comprend généralement un Menu avec le paramètre des réglages de la température. Il vous suffit de valider et de terminer en indiquant la zone de chauffage concernée.

La programmation sur un thermostat d’ambiance permet d’autoréguler la température selon vos habitudes de confort thermique. Cette option est déconseillée dans le cadre de chauffage avec un plancher chauffant.

Critères à vérifier avant la première mise en service 

Les premières générations de PAC étaient bruyantes : les normes réglementaires et les nouvelles conceptions des fabricants fixent un niveau sonore admis : 

  • 55 décibels pour l’unité extérieure (réduction du niveau sonore de 10 dB sur certains modèles chez certaines marques haut de gamme)
  • 35 décibels pour l’unité intérieure (identique au moteur d’un réfrigérateur).

Pour les logements basse consommation, la technologie de la PAC choisie, le maintien de puissance inversée jusqu’à -15°C en extérieur pour les climats rudes. 

La fonction régulation auto-adaptative optimise le fonctionnement de l’appareil selon le paramétrage du besoin énergétique du logement au degré près. 

L’ordinateur de la pompe à chaleur enregistre l’historique des températures et calcule le bilan énergétique pour réduire considérablement votre facture énergétique.

Ces données de température de chauffage et de rafraîchissement peuvent aussi être récupérées à partir d’application sur une interface Wi-Fi. Elle permet dès la première mise en service de se conformer aux exigences de la réglementation thermique. 

Contrat d’entretien et assistance d’un professionnel pour la première mise en service PAC

Pour votre première mise en service, il est déconseillé de faire appel à un artisan amateur chauffagiste, plombier ou climatiseur. La mise en service et le bon entretien de votre pompe à chaleur garantit une longue durée de vie et des performances optimisées. Sans oublier la hausse de votre consommation d’électricité ! 

Ce contrat comprend :

  • La vérification du système et son son réglage
  • Le nettoyage et le contrôle d’étanchéité du circuit de fluide frigorigène 
  • Les conseils nécessaires sur la mise en service et les améliorations possibles de l’ensemble de l’installation de chauffage
  • La délivrance d’une attestation d’entretien dans un délai de quinze jours suivant sa visite.​La souscription à un contrat professionnel d’entretien des systèmes thermodynamiques assure leur bonne mise en service.  

Le bon entretien de la circulation de l’air autour de l’unité extérieure (pompe chaleur aérothermique) est obligatoire. Les travaux de déblayage d’obstacles, de débris, de pollen et de feuilles   

Les travaux d’entretien, le dépoussiérage périodiquement des unités à détente directe et des bouches d’insufflation, sont requis pour une pompe chaleur air/air. 

Aucun entretien régulier de la part d’un professionnel n’est demandé pour une pompe chaleur géothermique.